Le projet DéCiSiF

Objectifs

L’objectif du projet DéCiSiF est, à partir d’une approche centrée sur les territoires locaux, de réfléchir à la façon dont population et décideurs se saisissent (ou non) des enjeux de la transition écologique. Il s’agit en particulier d’explorer la question de la conscientisation, de l’appropriation et de l’opérationnalisation de la transition écologique dans des espaces urbains et périurbains où la question environnementale peut, a priori, sembler peu prégnante. Parmi les ressorts qui peuvent motiver les changements de pratiques nécessaires à la transition, notre souhait est d’explorer l’attachement aux lieux.

Contenu

Alors que beaucoup de travaux de recherche s’intéressent soit aux espaces les plus vulnérables, en soulignant l’urgence à agir, soit aux acteurs et aux dispositifs précurseurs en matière de transition, DéCiSiF cherche à mieux connaître et infléchir les pratiques et les représentations de décideurs et surtout de citoyens que le cadre de vie, les caractéristiques socio-culturelles ou les pratiques spatiales mettent peu aux prises avec des effets directs et tangibles des problèmes environnementaux en général et des changements climatiques en particulier.

L’ambition du projet est de s’attaquer à deux enjeux étroitement imbriqués : le verrou social de l’appropriation de la transition écologique, économique et sociale (TEES) et le verrou organisationnel que sont la transversalité et l’intégration des politiques publiques.

Le verrou social de l’appropriation

Nous partons de l’idée que l’opérationnalisation de la transition suppose une appropriation de ses enjeux et notamment de la question environnementale par le public. La connaissance des enjeux globaux n’est pas une condition suffisante pour une réelle appropriation notamment lorsque les gens ne se sentent pas personnellement affectés et lorsque les problèmes considérés leur paraissent lointains ou sont discrets dans le quotidien.

Nous nous demandons si l’appropriation de ces enjeux à l’échelle locale peut servir de levier pour justifier et induire des transformations sociales et des changements de pratiques. Les changements environnementaux, tout comme la transition, s’accompagnent de la transformation de lieux, espaces et paysages,  dont certains urbains : développement de jardins collectifs ; modification de l’entretien des espaces publics liée à la raréfaction de l’eau, à la suppression des produits phytosanitaires ; aménagement ou réaménagement d’espaces de nature en ville, de voies vertes ou, encore, développement de la multifonctionnalité de certains lieux (parkings ou bâtiments recouverts de panneaux solaires par exemple).

Dans quelle mesure la mise en visibilité des enjeux liés à ces lieux et le développement d’opérations de sensibilisation peuvent-ils contribuer à une meilleure appropriation de la transition par les citoyens ? Quelles formes de participation et outils pédagogiques peuvent contribuer à cette mise en visibilité ?

Le verrou organisationnel des politiques publiques

La question de l’implication et des changements de pratiques se pose également pour les élus locaux et les cadres des collectivités, eux-mêmes porteurs de valeurs et amenés, dans le cadre de la loi sur la Transition énergétique, à impulser les politiques publiques en matière de transition. Celle-ci implique en effet une réelle transversalité dans la mise en œuvre des politiques publiques : lutte contre les changements climatiques, adaptation et changements des pratiques sont des thèmes transversaux. Alors que ces sujets sont généralement pris en main par les services« Environnement » ou « Développement durable » des collectivités, ils demandent des personnes dotées de savoirs et de pouvoirs transversaux et impliquent que les responsables de services, a minima, s’approprient les enjeux de la transition. En matière de gouvernance à l’échelle locale, les politiques « non environnementales » comme les politiques d’urbanisme jouent un rôle-clé dans la construction des besoins en transport, en logements, dans les émissions de gaz à effet de serre et peuvent donc contribuer à la mise en œuvre de stratégies transversales.

Comment conduire élus et cadres des collectivités à réfléchir à l’intégration de la transition dans leurs préoccupations ? Comment leur donner les moyens d’articuler les attentes de la population et les injonctions réglementaires et politiques venues des échelons national et international ?

De nombreuses expériences sont menées actuellement, parfois de façon dispersée, dans les territoires. Quelles transformations peut-on observer ? Quels outils élaborer pour passer de l’analyse à l’action ? Quelles expérimentations peut-on mener ?

Ces questions sont abordées notamment à travers le prisme de trois thématiques :

  • Représentations, valeurs et connaissance des enjeux locaux des changements environnementaux ;
  • Amélioration de l’environnement urbain : lieux de nature et qualité de vie
  • Alimentation et jardins collectifs vivriers comme laboratoire et levier du changement?

Le terrain d’étude du projet est une agglomération de taille moyenne, Pau. Située dans une région souvent distinguée pour sa qualité de vie, l’agglomération, apparemment peu marquée au quotidien par les problèmes environnementaux (par exemple épisodes de pollution, risques naturels, extrêmes climatiques, etc.) vient d’achever l’élaboration de son premier Plan climat air énergie territorial (PCAET) et prépare sa mise en œuvre opérationnelle.