Animations à destination du public

La participation de l’association Ecocène au projet de recherche consiste à évaluer sur le territoire local d’implantation du projet les actions d’information, sensibilisation et médiation mises en œuvre dans le domaine de la transition à destination des habitants. La première chose importante à rappeler est que cette cible est non captive, diffuse et très hétérogène.

Ainsi depuis la mise en œuvre du projet DéCiSiF, Ecocène a réalisé des animations variées et complémentaires. En termes d’évaluation nous avons essentiellement travaillé à partir d’entretiens oraux informels et de questionnaires d’enquête individuels écrits.

Les Cafés-climat

6 rencontres-débat appelés des cafés climat « le climat t’en dis quoi ? » ont été réalisés en 2018, à destination d’une cible double : des agents volontaires de la collectivité associée au projet (la CAPBP) et un public adulte non averti en soirée. En tout, on note 195 bénéficiaires, dont 63% d’habitants. Il s’agit d’informer les habitants sur les différents thèmes liés aux enjeux locaux de la TEES et sur les initiatives locales pour leur donner des clés pour changer leurs pratiques et agir autrement à travers l’expertise d’un scientifique ou professionnel et l’expérience de terrain d’un acteur local engagé qui peut inspirer le citoyen.

Il ressort que 88% des agents conseilleraient à leurs collègues de participer à une rencontre-climat en 2019 ! L’évaluation des participants montre aussi qu’associer des contenus avec de la convivialité et une dynamique d’échanges sur un sujet précis est une recette qui marche. En 2019, en continuité, seront proposés 9 nouveaux rendez-vous sur des sujets portant sur les enjeux locaux de la TEES, et en particulier les questions de biodiversité, alimentation de proximité et santé-environnement.

Les lycéens et le changement climatique

Une autre action de médiation programmée a consisté à travailler auprès de lycéens sur les enjeux locaux de la TEES dans le cadre d’un programme spécifique en classe. Il s’agit du projet « changement climatique, les jeunes aquitains s’engagent ». En 2018, 3 classes de seconde du lycée Louis Barthou de Pau se sont investies sur ces questions. Ainsi, 330 lycéens ont participé au projet depuis son lancement. Indirectement, ce sont environ 800 personnes impliquées dans les actions mises en place par les jeunes dans leurs familles.  Cumulées, les actions mises en place à l’issue du projet à titre volontaire par les familles béarnaises ont permis d’éviter les émissions de 680 tonnes de GES (gaz à effet de serre), soit 20% de moins que les émissions initiales des foyers participants. Ces actions ont également rendu possible des économies importantes en électricité et carburant. A cela, il faut ajouter les changements de modes de consommations et les réductions importantes de déchets produits. Par exemple, 61% des familles engagées ont fait le choix de s’engager dans un plan d’action de changements des habitudes du quotidien, en matière d’alimentation, déplacements, équipement ou logement.

Les lieux de consommation

La troisième action de médiation consiste à aller à la rencontre des habitants sur des lieux de consommation du quotidien, de type marchés, halles de producteurs et supermarchés pour découvrir les habitudes de consommation du quotidien des habitants, si ces habitudes sont reliées aux enjeux locaux de la transition et dans quelle mesure ces derniers seraient volontaires à changer leurs pratiques. En 2018 cette opération a eu lieu sur une dizaine de lieux différents sur l’agglomération paloise. Ces lieux sont identifiés pour pertinents pour toucher un grand nombre d’habitants mais leur disponibilité et ouverture à l’échange est souvent limitée, plus que dans d’autres cadres. Néanmoins, il ressort de l’évaluation faite qu’une majorité du public touché à ces occasions est hors cercle proche de l’association : 70% public nouveau et/ou curieux.

Nous avons surtout profité de ces occasions pour montrer l’outil de cartographie participative en cours d’élaboration, avec des cartes papier par quartier d’abord, puis l’outil dématérialisé dans un second temps.